Je m’indigne contre les propos honteux de monsieur Emmanuel Macron !

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

« Là où je vois trop souvent de l’hypocrisie, en particulier sur le continent africain je vous le dis avec beaucoup de calme et de sérénité à ne pas savoir qualifier une guerre qui en est une et à ne pas savoir dire qui l’a lancée. » dixit monsieur Emmanuel Macron depuis le Cameroun le 26 juillet 2022.  

Le privilège de monsieur Emmanuel Macron est celui d’être un homme Blanc qui pense donner des leçons de morale à tout un continent, notamment l’Afrique, en traitant tous ses habitants d’hypocrites.  

Cela n’est pas sans nous rappeler un autre Président français, Nicolas Sarkozy, dans un discours du 26 juillet 2007 à l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar au Sénégal qui déclarait : « L’Homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire… » C’était oublié que l’Afrique est le berceau de l’humanité. Dans un autre registre le général de Gaulle, Président français clamait : « La France n’a pas d’amis mais des intérêts. » 

Monsieur Emmanuel Macron voudrait-il que les Africaines et les Africains qui ne sont pas les amis de la France redeviennent des esclaves de la France comme au XIXème siècle ou des néo-colonisés comme aux XXème siècle ?  

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Le 26 juillet 2007 succède au 26 juillet 2022 dans les injures contre l’Afrique de la part des Présidents français. La similitude des dates en dehors des années fera du 26 juillet en Afrique une date de la prise de conscience de notre potentiel au développement ou du réceptacle des immondices sans broncher.  

Cette saillie honteuse de monsieur Emmanuel Macron montre à quel point la France, nous ne disons pas les Occidentaux ni les Européens, n’a pas de considération pour les Africaines et les Africains, disons les Noires et Noirs d’Afrique. 

Comment peut-on traiter d’hypocrite tout un continent qui compte 54 États souverains de langues différentes, de cultures différentes, de monnaies différentes, de sensibilités différentes, de politiques étrangères différentes ? Ce n’est à rien n’y comprendre sinon que du mépris vis-à-vis d’un continent qui tel un volcan endormi est en train de se mettre en éruption à travers une jeunesse dynamique qui ne supporte plus les errements de ses ainés trop longtemps à la botte du monde occidental aux dépens de l’Afrique qui tarde à sortir du sous-développement dans lequel elle est artificiellement maintenue.  

Dans notre histoire politique commune, aucun Président d’un pays africain n’a jamais dit que les Européens étaient des Nazis ou des Colonisateurs. Et pourtant, il y a eu l’Allemagne nazie, la France et le Portugal pays colonisateurs en Afrique. 

Cette confusion mentale de monsieur Emmanuel Macron de penser que le continent africain doit penser comme un seul Homme est une lubie. Comme partout dans le monde, chaque État souverain à sa politique étrangère, et se détermine comme la France en fonction de ses intérêts en toute indépendance.  

Alors pourquoi le choix des pays africains souverains dans le conflit qui oppose la Fédération de Russie et l’Ukraine serait-il sujet à controverse confinant à l’hypocrisie ?  

Monsieur Emmanuel Macron doit savoir que l’Afrique francophone n’a historiquement rien en partage avec la France en dehors de la langue française imposée dont elle comprend et connaît aussi bien les subtilités. Monsieur Emmanuel Macron reprocherait aux pays africains de ne pas s’aligner sur les positions de la France dans ce conflit. Une non-allégeance perçue comme une rébellion à un pays, la France, qui aurait tant fait pour l’Afrique pendant la colonisation. La colonisation constitue un crime contre l’humanité, une violation de droits des populations autochtones qui ont été spoliées, déshumanisées au point de perdre une partie de leur identité, ce qui se ressent encore de nos jours de cet encombrant héritage colonial.  

Cette récurrence verbale qui consiste à rabaisser l’Homme Noir africain pour affirmer la suprématie de l’Homme Blanc n’est plus entendable en Afrique ou ailleurs du fait de l’égalité des droits de l’Homme que nous réaffirmons avec vigueur.  

Personne ne reprochera à monsieur Dominique de Villepin, ministre de Affaires étrangères de la France d’avoir prononcé à l’ONU (Organisation des Nations unies) le 14 février 2003, un discours affirmant l’opposition française à une intervention militaire dans la résolution du conflit irakien. Il prônait la résolution du conflit dans la paix comme le font aujourd’hui la majorité de pays africains qui sont pour la cessation de hostilités entre la Fédération de Russie et l’Ukraine. Une mort due à la guerre est une mort de trop dans un monde civilisé.  

Qui avait appelé à ne pas humilier les Russes s’attirant les foudres de Ukrainiens ? C’est monsieur Emmanuel Macron qui a priori ne savait pas qui avait lancé la guerre entre la Fédération de Russie et l’Ukraine. « On ne sort de l’ambiguïté qu’à ses dépens. », disait Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz.  

Les Africaines et les Africains ne sont en rien à l’origine des deux tragédies guerrières qu’aient connues l’humanité notamment la première et la deuxième guerre mondiale. La sagesse avait toujours prévalu dans la résolution des conflits. Mais la corruption de nos Présidents et nos élites par l’Occident à transformer l’Afrique en un champ de bataille dans lequel ce sont les Africains qui se battent contre d’autres Africains pour le contrôle du pouvoir et des richesses que regorgent nos sous-sols. Les Occidentaux ne sont pas étrangers à cette nouvelle mentalité des Africains car c’est en Afrique qu’il y a les richesses dont veulent les Occidentaux pour leur développement et le bien-être de leur population.    

Qui parle de la guerre qui sévit dans l’’Est de la RDC (République démocratique du Congo), qualifié de scandale géologique du fait de ses richesses minières, qui a déjà fait au moins plus de 15 millions de morts et occasionnant de souffrances incommensurables pour les survivants ? C’est ici où l’on peut parler de l’hypocrisie des Occidentaux qui sont les pompiers-pyromanes dans ce conflit qui ne profite guère à la population congolaise de la RDC.  

Monsieur Emmanuel Macron doit savoir que le monde change. Il doit comprendre que celui qui veut faire une nouvelle loi en marge de la loi naturelle perd sa liberté et se crée ainsi des difficultés et des souffrances. Sa parole n’est pas une parole d’évangile, mais encore une fois une insulte faite à tout un continent. S’il y a en France, « des Français qui ne sont rien », les Africaines et les Africains sont des femmes et des hommes dignes qui ne veulent se rabaisser à de pareilles invectives.  

Le plus sidérant dans cette histoire c’est le silence assourdissant des Chefs d’États et surtout des intellectuelles et intellectuels africains, supplétifs de la France en Afrique, face à cette énième mise à terre. Trop c’est trop, « Enough is enough » comme disent nos amis Anglo-Saxons.  

NON ! Monsieur Emmanuel Macron, les Africaines et les Africains ne sont pas des hypocrites. Mais, comme tout homme Blanc et du fait de votre position, vous venez, encore une fois, comme vos prédécesseurs, de manquer du respect à l’Afrique que vous spoliez depuis des lustres, et qui ne reçoit en retour que des insanités.  

Le respect est la base de toute relation. Vos propos sur l’hypocrise du continent africain m’ont interloqué, choqué avec une impression de déjà entendu ce qui m’a fait ressaisir. Ce n’est pas nouveau car lorsque l’on perd la bataille de idées novatrices l’on se rabat sur les insultes comme dans une cour de récréation.  

L’Afrique n’est pas un pays comme la France n’est pas l’Europe. En toute franchise, sans aucune animosité aucune, les Africaines et les Africains qui ne sont en rien responsables des affaires européennes en ont marre et assez de recevoir des leçons de morale comme pour mieux les infantiliser.  

Nous savons monsieur Emmanuel Macron que vous avez de l’humour noir comme avec « Le Président Roch Kaboré du Burkina Faso, pourtant votre homologue, qui serait parti réparer la climatisation. » Cela ne nous fait plus rire en Afrique, ce manque de respect.  

Les Africaines et les Africains ont décidé de prendre leur destin en main, et rien n’y changera même pas les rodomontades de certains.  

Le respect que nous apprenons à nos enfants doit être réciproque dans les relations entre États. « Le respect se commande et il ne peut être ni donné, ni retenu quand il est dû. »

Le temps des Pères fouettards des périodes esclavagiste et coloniale est terminé.  

« Le respect mutuel est le fondement de la véritable harmonie. » dixit le Dalaï Lama Tenzin Gyatso.

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

 L’article Je m’indigne contre les propos honteux de monsieur Emmanuel Macron ! est apparu en premier sur DAC E-NEWS.

©dac-presse.com