Le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), groupe rebelle tchadien accusé d’être responsable de la mort de l’ancien

président Idriss Déby Itno n’a pas signé l’accord de paix de Doha.

Après de nombreux mois de discussions sous la houlette du Qatar, le gouvernement tchadien et les rebelles du FACT sont parvenus à un accord paix. Le document paraphé lundi à Doha par le chef du conseil militaire au pouvoir à N’djamena et plusieurs groupes armés.

Mais parmi ceux-ci, le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT) n’y figure pas. Le groupe rebelle accusé d’être responsable de la mort d’Idriss Déby a refusé de parapher cet accord qui selon lui, ne répond pas à ses exigences.

Dans un communiqué le FACT explique que ce « rejet est concomitant à la non prise en compte de nos revendications », comme la libération des prisonniers. Le groupe rebelle a également affirmé qu’il « reste disponible au dialogue partout et toujours ».

La signature de cet accord ouvre la voie à la tenue le 20 août prochain à N’djamena, du dialogue national inclusif.

©actucameroun.com