Pour les souverainistes camerounais et africains, ce mardi 13 septembre 2022 est le jour d’un souvenir douloureux.

En effet, ce jour

marque le 64e anniversaire de la commémoration de l’assassinat de Ruben U Nyobè, leader souverainiste et fondateur de l’UPC.

Dans un tweet, Nathalie Yamb a rappelé ce passé colonial encore douloureux.

« Il y a 64 ans, le 13 septembre, la pourriture d’armée française assassinait l’icône camerounaise de la lutte anti-coloniale, Ruben Um Nyobè, en le mitraillant dans le dos, avant de traîner son cadavre défiguré dans la boue pour l’exposer à Boumnyebel et l’ensevelir dans du béton », a écrit Nathalie Yamb sur Twitter.

Il y a 64 ans, le 13 septembre, la pourriture d’armée française assassinait l’icône camerounaise de la lutte anti-coloniale, Ruben Um Nyobè, en le mitraillant dans le dos, avant de traîner son cadavre défiguré dans la boue pour l’exposer à Boumnyebel et l’ensevelir dans du béton. pic.twitter.com/9eo4TAQiJn

— Nathalie Yamb (@Nath_Yamb) September 13, 2022

 

La question de l’assassinat de Ruben Um Nyobè a été remise au goût du jour à l’occasion de la visite du président français Emmanuel Macron en juillet dernier.

©actucameroun.com