L’île de Gorée porte encore les stigmates d’une traite des esclaves qui a trop durée : Plus de 300 ans. 

C’était le plus grand centre de transite des esclaves en Afrique de

l’ouest.

Aujourd’hui encore on retrouve des traces de ce commerce odieux qui a dépossédé l’Afrique de ses fils, filles et enfants. 

La maison des esclaves est là, avec ses chambres d’internements, ses cellules-maternités, ses chaînes et ses poids qui servaient à neutraliser les récalcitrants. Le parcours était parsemé d’embuches, des pleurs et de larmes. 

Pour le devoir de mémoire, nous publions ce jour dans une première partie le témoignage du guide Becaye Gassama.

Lire également sur le même sujet:IMPOSSIBLE DE VISITER LA MAISON DES ESCLAVES AU SÉNÉGAL SANS COULER LES LARMES 

 

 


REGARDER ICI 


 

©camer.be