Ce sont les trois dossiers des biens naturels et culturels camerounais candidats à ce prestigieux statut.

La procédure d’inscription de certains

événements locaux sur la liste des patrimoines mondiaux immatériels portent sur trois dossiers en cours: le Nguon, expression et rituels communautaires autour du bois sacré du peuple Bamoun, le Ngondo, culte des oracles de l’eau et le Mvêt, qui est un dossier de candidature multinationale avec le Gabon et la Guinée-équatoriale.

Le ministre des Arts et de la Culture l’a révélé lors du Conseil de cabinet le 25 mai 2022 à Yaoundé. Ismaël Bidoung Mkpatt a fait le point de la démarche et indiqué que le processus se poursuit sereinement. Parallèlement, il a indiqué que le processus de rapatriement d’objets d’art camerounais exposés à l’étranger, fait l’objet de grandes pressions de la part des associations.

Il s’agit notamment de la demande la communauté Tibati, relative au rapatriement des objets de son patrimoine exposés au Musée d’Outre-mer de Brême en Allemagne, la demande du Prince Kum’a Ndumbe III avec son association Afric’Avenir, relative au rapatriement du temple Lock Priso qui se trouve au musée des Cinq continents ou encore la demande de sa Majesté Fon Sehm Mbinglo, relative au rapatriement de six objets patrimoniaux Nso au musée d’ethnologie des musées nationaux de Berlin en Allemagne.

Le ministre des Arts et de la Culture a par ailleurs rappelé que sans l’appui des partenaires techniques et financiers, les biens naturels du Cameroun, seraient probablement sur la liste des biens en péril ou déplacés de la liste du patrimoine mondial.

©actucameroun.com