Le Mali a donné un ultimatum de 72 heures, à toutes les forces étrangères présentes à l’aéroport de Bamako, pour quitter

la base qu’elles occupent et qui a jusqu’ici servi de hub logistique à des soldats étrangers, notamment ceux de le la mission de l’ONU, rapporte Afrik.com.

Les autorités aéroportuaires du Mali ont, dans un document adressé à la société Sahel Aviation Services (SAS), demandé à toutes les forces étrangères présentes sur la base de la société dans l’enceinte de l’aéroport de Bamako, de quitter la base dans les trois jours. L’AFP rapporte que le Mali estime que l’hébergement et l’accueil de personnels militaires étrangers sur cette base engendre des «risques pour la sureté intérieure et extérieure» du pays.

Dans le communiqué paraphrasé par Afrik.com, Bamako indique que « les Aéroports du Mali n’avaient pas prévu un tel usage dans la convention d’utilisation signée en 2018 au sujet de cette base ». Pour l’heure, la mission de l’ONU, qui bénéficie de la base à l’aéroport de Bamako, dans le cadre de sa mission, n’a pas encore réagi.

Cette décision du Mali intervient quelques semaines après que 49 militaires ivoiriens ont été arrêtés à l’aéroport de Bamako par les forces maliennes. Le gouvernement les a qualifiés de mercenaires et a ouvert une enquête judiciaire à leur encontre.

©actucameroun.com