Alors qu’il a déployé plusieurs centaines de soldats en RDC pour aider le pays à combattre les rebelles des Forces démocratiques

alliées (ADF) dans l’est du pays, l’Ouganda a annoncé que ses éléments ont attaqué et détruit un important camp de rebelles.

Dans une déclaration dimanche sur twitter, le président ougandais Yoweri Museveni, a indiqué: « Ougandais et autres Africains de l’Est : ceci est pour vous informer que vendredi, avec l’autorisation du gouvernement de la RDC, l’armée de l’air ougandaise a attaqué et détruit un grand camp terroriste des ADF ».

« L’ennemi, en désespoir de cause, a maintenant fui au-delà des limites de nos opérations. Les terroristes ignorants ne savent pas qu’en quelques minutes – pas des heures – nous pouvons (les) atteindre avec des tirs meurtriers, dans de nombreuses zones, bien au-delà de la limite d’exploitation », a déclaré Museveni.

« Par conséquent, vendredi, ils ont obtenu leur récompense méritée. Où qu’ils aillent, nous les atteindrons, tant que le gouvernement congolais nous permettra d’opérer avec eux », a-t-il déclaré, félicitant les troupes ougandaises et congolaises.

Museveni a également ajouté à la suite de sa déclaration, qu’il était important pour les africains de connaître la capacité que possède l’Afrique et qui peut l’aider à relever les défis de sécurité chroniques qui existent sur le continent.

La République démocratique du Congo et l’Ouganda ont lancé des opérations militaires conjointes pour débusquer les ADF dans l’est de la RD Congo fin 2021. Mais les opérations ont été critiquées pour ne pas avoir fait grand-chose pour améliorer la situation sécuritaire, ce qui a incité des groupes de la société civile à appeler à y mettre fin.

Les ADF attaquent et tuent des civils dans l’est de la RD Congo depuis plus de deux décennies. Le groupe a tué plus de 1 300 civils l’an dernier, selon l’ONU. Les opérations conjointes dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ont été lancées à la suite d’un triple attentat-suicide dans la capitale ougandaise, Kampala, au cours duquel sept personnes ont été tuées et des dizaines blessées. Les ADF ont prêté allégeance à l’État islamique en 2019.

©actucameroun.com